Soutien aux familles


Distribution de riz

Les familles sont si pauvres que nombre d’entre elles ont besoin, pour survivre, d’une compensation pour le manque à gagner qu’elles subissent en laissant leurs enfants venir étudier, au lieu de rapporter quelques riels en travaillant. 

Nous donnons cette compensation en riz, distribuée chaque semaine.

Toutes les familles bénéficiaires sont désignées par notre équipe sociale.

 


Nos Centres de Services Communautaires

A Phnom-Penh et alentours ainsi que dans la région de Sihanoukville, nos 9 centres, les « paillotes » à l’origine, sont établis au cœur des quartiers et des villages. Ils nous permettent d’accompagner les enfants et leurs familles sur leur lieu de vie.

Les plus petits, de 3 à 6 ans, y sont accueillis par notre personnel en garderie. Ils y bénéficient d’un éveil éducatif  et leurs mamans peuvent aller travailler.

Un accueil périscolaire (avant ou après l’école, par demi-journées au Cambodge) propose jeux, activités de lecture, sport, cours de soutien scolaire aux enfants.

Des réunions avec les parents y sont organisées avec pour thèmes l’éducation et la société : rôle des parents, hygiène, droits des enfants et des femmes…

Programme d'amélioration des conditions de vie des familles

Le projet "FLIP" - créé en 2011 en partenariat avec l'ONG italienne "We World" - permet aux parents de nos enfants d’augmenter leur revenu et, ainsi, de limiter le travail des enfants et l’abandon scolaire.

Entre 2011 et 2014, plus de 600 parents (la mère dans 80% des cas) ont reçu une formation de 3 à 6 mois en couture, en nettoyage ou en cuisine. Ils ont également été aidés pour trouver et garder un emploi décent.

500 autres ont bénéficié d’une aide pour créer ou développer une micro-entreprise.

Au total, plus de 3 000 enfants ont poursuivi leur scolarisation dans de bonnes conditions grâce à l’augmentation du revenu de leurs parents.

Atelier de couture

L’atelier emploie environ 30 femmes dont les enfants sont soutenus par PSE : cela leur garantit une rémunération "juste" (au-dessus de la moyenne du secteur) et de bonnes conditions de travail.

C'est également un lieu de formation où l’accent est mis sur l’apprentissage de compétences diverses : à l'avenir, ces mamans pourront ouvrir leur petit atelier si elles le souhaitent.

Elles produisent les uniformes des enfants ainsi que l'artisanat vendu dans les boutiques PSE à Phnom Penh et lors des manifestations organisées, en France, par les bénévoles.

L’objectif est d’améliorer leur revenu afin que leurs enfants aillent à l’école et suivent une scolarité normale.

L’atelier permet également à plus de 40 étudiants majeurs de PSE d'avoir un petit réseau, pendant les week-ends, pour aider leur famille.

Les emplois sociaux

Suite à des « coups du sort » (maladie, inondation, incendie, expropriation, perte d’un emploi ou d’une source de revenu, ...), certaines familles se retrouvent dans des situations absolument critiques : la scolarisation des enfants est alors en péril.

Les emplois sociaux sont là pour apporter une aide d’urgence à ces familles. Il s’agit de donner à un de ses membres un travail peu qualifié chez PSE (nettoyage, aménagement, manutention, etc.) pour une durée de 6 mois, renouvelable si nécessaire.

Cela leur permet de faire face à l’urgence et d’éviter la déscolarisation des enfants. Les équipes sociales de PSE ont alors le temps de trouver, avec ces familles, une solution de long-terme (formation FLIP, emploi à l’extérieur, relogement, ...). 


Relogement

 

En raison de conditions d'hygiène et d'habitation épouvantables, d'inondations, d'incendies, ... il a fallu envisager des programmes de relogement pour certaines familles.

Ce programme permet aux enfants de disposer d’un environnement décent pour suivre, dans la sérénité, leur scolarité ou leur formation.

 


Le village du sourire

 

« Smile Village » accueille déjà 71 familles, soit près de 300 enfants.
A terme, ce projet en coopération avec STEP, une ONG de Singapour, permettra de reloger quelque 170 familles.

Le village comprend des locaux communs, mais aussi l’opportunité d’activités rémunératrices, ainsi qu’une formation et un accompagnement à ce nouveau mode de vie. 

D’autres actions - aide financière ou de relogement d’urgence sur des terrains loués - sont menées pour les familles victimes de sinistres (incendies, inondations, expulsions, …)

Remonter