François et Denis : du cœur, des Peintres et des sourires pour les enfants du Cambodge : Pour un Sourire d'Enfant

François et Denis : du cœur, des Peintres et des sourires pour les enfants du Cambodge

François Nicolas et Denis Chevalier

Interview croisée de François Nicolas, à l'origine de l'opération des "Peintres du Sourire" et de Denis Chevalier qui en est aujourd'hui en charge.

François Nicolas et Denis Chevalier nous parlent aujourd'hui d'une belle initiative : "Les Peintres du Sourire", qui permet d'offrir des journées de formation aux métiers du bâtiment aux étudiants cambodgiens les plus pauvres.

François est un ancien chef d'entreprise aujourd'hui retraité et Denis dirige l'Union Générale de Distribution, le 1er groupement de distributeurs indépendants en négoce décoration peinture, depuis cinq ans maintenant. Une amitié profonde lie les deux hommes, renforcée par leur implication dans cette opération au grand coeur. 

« Cette détermination de deux personnes à sauver des enfants de la misère, c'était pour moi une découverte et c'était extraordinaire »

François a connu Pour un Sourire d'Enfant il y a 15 ans, suite au décès de sa femme. « J'ai découvert PSE en assistant à une conférence qui présentait cette belle association. Lors de la présentation, le conférencier a évoqué la création de l'école de formation aux métiers du bâtiment. Ils manquaient de partenaires professionnels et ça entrait dans mon domaine de compétence. Alors je me suis renseigné sur PSE : c'est une association pragmatique, efficace, transparente, et je pouvais être utile ! » explique-t-il.

« Pour ma part, » raconte Denis, « c'est un peu plus récent. Lorsque je suis arrivé à UGD en 2015, mon attention a vite été attirée par une opération qui s'appelait à l'époque Opération PSE. C'est là que j'ai découvert l'association. Cette détermination de deux personnes à sauver des enfants de la misère, c'était pour moi une découverte et c'était extraordinaire. Depuis, je redécouvre PSE chaque jour avec toujours plus d'admiration et d'empathie ! ».

UGD reçoit le Prix du Négoce responsable dans le cadre des Trophées du Négoce 2017 qui valorisent l’
UGD reçoit le Prix du Négoce responsable dans le cadre des Trophées du Négoce 2017 qui valorisent l’innovation dans la distribution du bâtiment
Remise de chèque à PSE suite à l'opération
Remise de chèque à PSE suite à l'opération "Les Peintres du Sourire" en 2017
Affiche de l'opération
Affiche de l'opération "Les Peintres du Sourire" 2020
François au Cambodge avec l'équipe de l'école des métiers du bâtiment de PSE
François au Cambodge avec l'équipe de l'école des métiers du bâtiment de PSE

« Les achats des peintres en France contribuent à former des futurs peintres au Cambodge pour les amener de la misère à un métier »

Après cette rencontre avec PSE, François souhaite s'impliquer et impliquer l'entreprise qu'il dirigeait à l'époque. « Soutenir l'école du bâtiment, qui était en cours de création, avait vraiment du sens » explique-t-il. 

« Mon entreprise et les salariés se sont tout de suite mobilisés en apportant de l'aide financière, du matériel et des compétences. Mais j'ai rapidement compris que nous pouvions faire plus et mieux en associant d'autres entreprises à ce projet. Au fur et à mesure, j'ai entrainé des partenaires industriels et des collègues distributeurs. Ensemble, nous avons monté une opération commerciale solidaire destinée aux artisans et entreprises de peinture. En y participant, ils financent des journées de formation à l'école du bâtiment de PSE et permettent donc aux enfants les plus déshérités du Cambodge d'accéder à leur métier. » 

Treize ans après la mise en place de cette opération, François y reste profondément attaché. « Je porte ce projet dans mon coeur ! » confie-t-il.

Denis sourit. « J'ai pris le relais de l'opération en reprenant les codes et les concepts pour que ça continue ! ».

En 2017, l'opération change de nom et devient désormais Les Peintres du Sourire. Denis explique : « Nous en sommes assez fiers car c'est proche de ce que l'on fait : les achats des peintres en France contribuent à former des futurs peintres au Cambodge, pour les amener de la misère à un métier. C'est formidablement inspirant ! ».

Et on veut bien le croire : des centaines de personnes travaillent chaque année pour faire de l'opération un succès et l'implication des partenaires est sans faille !

Les Peintres du Sourire, une belle aventure humaine

« Cette opération a bougé pas mal d'habitude ! »

Concilier humanitaire et activité commerciale n'est pas toujours simple et François l'a bien compris. « Il a fallu mettre beaucoup d'énergie et de sincérité pour que cette opération voit le jour. » Après avoir obtenu l'accord de ses collègues et partenaires, les étapes ont été nombreuses, comme en témoigne François : « Il a fallu développer les modalités pratiques de l'opération et organiser de nombreuses réunions pour mobiliser toutes les personnes impliquées sur les enjeux. Les syndicats et la presse professionnelle se sont aussi intéressés à l'opération ! ».

Un travail qui a largement payé puisque 13 ans après son lancement, l'opération continue encore chaque année. « Cette année, nous avons voulu simplifier l'opération au maximum pour qu'elle fonctionne encore mieux ! Les distributeurs disposent de conditions d'achat améliorées, les clients et les commerciaux sont intéressés au développement des ventes, dans un intérêt commun : maximiser les dons à PSE. C'est ce que j'appelle l'alignement des planètes ! » 

Mais cette année, malgré l'enthousiasme et la motivation de tous, les résultats devraient être légèrement en retrait. 

« En ces temps compliqués, ça fait du bien de rêver à un monde meilleur ! »

« Aider PSE c'est faire de belles rencontres et avoir la certitude d'être utile ! Avec l'opération Les Peintres du Sourire, j'ai découvert d'autres facettes de mes collègues, des fournisseurs et des clients. Derrière le professionnalisme de chacun, il y a aussi beaucoup de coeur ! » explique François.

« Pour moi c'était aussi contribuer modestement à cette belle machine à détruire la misère » ajoute Denis. « Et en ces temps compliqués, ça fait du bien de rêver à un monde meilleur. Je pense souvent à la phrase de Christian "S'il n'y a pas de rêves dans la vie, il n'y a pas de vie". Soutenir PSE nous permet de continuer à rêver et à faire rêver les autres, c'est inspirant, rafraichissant et réconfortant ! » conclut-il.