Sopheak : enfant chiffonnier sur la décharge, devenu manager de restaurant

Grâce à PSE, Sopheak a pu aller à l'école et se former à un métier. Il est aujourd'hui manager dans un célèbre restaurant de la capitale cambodgienne. 

Un ancien de PSE aujourd'hui manager dans un restaurant

« J'étais un chiffonnier sur la décharge. J'allais y travailler avec ma mère » se souvient Sopheak. Avant d'intégrer PSE, il a vécu 10 ans sur la décharge municipale de Phnom Penh, aujourd'hui fermée et déplacée à l'extérieur de la capitale. Pendant son enfance, il n'a jamais espéré avoir un bel avenir. Mais sa vie a changé le jour où il a rencontré Christian et Marie-France des Pallières, les fondateurs de PSE, surnommés Papy et Mamie par les enfants. 

« Je me souviens du jour où ce couple de français, accompagnés d'une jeune cambodgienne qui traduisait ce qu'ils disaient, sont venus me voir. Après m'avoir posé des questions sur ma vie, ma situation familiale et mes besoins, ce couple, Papy et Mamie, m'ont emmené directement à PSE. La première fois que j'ai franchi les portes de l'association, il faisait nuit (il était environ 22 heures). Papy et Mamie se sont alors occupés de moi comme si j'étais leur propre enfant et m'ont permis ainsi qu'à mon frère, de prendre une douche avec un vrai savon, et de dormir confortablement dans une pièce. Honnêtement, à cette époque, je ne savais pas du tout qui étaient Papy et Mamie ! »

Sopheak a rejoint PSE en 2000 et a commencé à aller à l'école le lendemain de son arrivée. Il y est resté pendant environ 12 ans, de l'école primaire jusqu'à l'institut de formation.

« J'ai beaucoup appris de PSE, car quand j'étais étudiant, j'étais comme une page blanche. Je ne savais rien. J'ai tout appris des élèves plus âgés, des professeurs. Ils m'ont tout appris » dit Sopheak. 

« J'avais des souhaits différents des autres étudiants. Je ne voulais pas travailler au Cambodge car je pensais que les salaires étaient très bas et ne me permettraient pas d'améliorer ma situation familiale. Je voulais avoir "un gros salaire et beaucoup d'argent". J'ai donc commencé à chercher sur des sites internet pour trouver un emploi à l'étranger. J'ai trouvé une offre pour travailler dans le monde entier. J'ai eu la chance d'être sélectionné pour l'entretien puis recruté. »

La semaine suivante, Sopheak a commencé à travailler sur un bateau de croisière en tant que chargé des relations clientèles. Il était le seul employé cambodgien, tous les autres étaient étranger. Il a appris de nombreuses leçons de vie pendant cette expérience. Le bateau de croisière traversait beaucoup de pays comme la Thaïlande, le Vietnam, le Cambodge, Singapour, le Laos ou encore la Chine. Sopheak a travaillé là-bas environ un an puis a décidé de revenir au Cambodge, près de sa famille. Il a ensuite commencé à travailler dans un restaurant à Phnom Penh.

Sopheak avec son équipe
Sopheak prépare son équipe avant l'arrivée des premiers clients

« En mai 2013, j'ai commencé à travailler dans un restaurant local à Phnom Penh. Cela m'a rappelé ce que j'avais appris à l'école. En juillet 2014, j'ai rejoint le restaurant Khema Pasteur faisant partie du group Thalias, où je travaille encore aujourd'hui. Au début j'étais seulement serveur mais après un mois seulement, j'ai reçu une promotion en tant qu'assistant du manager. »

Sopheak a aussi créé un club d'anglais pour aider ses collègues à améliorer leurs compétences de communication en langue. En effet, l'un de ses objectifs personnels est le partage de ses connaissances, ce que PSE a fait avec lui précédemment car « sans PSE, je ne serais pas là aujourd'hui ».

Une réussite possible grâce au parrainage

Depuis le début de leurs actions au Cambodge, Christian et Marie-France des Pallières, les fondateurs de PSE, ont fait le choix de compter sur le parrainage pour assurer la pérennité des programmes de l'association. L'engagement que nous prenons auprès des enfants est fort : nous les menons de la misère à un métier !

La prise en charge globale que nous offrons aux enfants se fait sur la durée. Nous nous engageons jusqu'au bout et ne laissons aucun enfant au bord de la route. 

En savoir plus sur le parrainage