Sreypov : de la rue au podium

Devenir mannequin ? Un rêve devenu réalité pour Sreypov, qui n'aurait jamais cru à un avenir si prometteur et atypique quand elle a fait ses premiers pas à PSE.

Après la séparation de ses parents alors qu'elle était encore très jeune, Sreypov est placée dans une ONG pendant un an avant de rejoindre PSE avec ses trois soeurs en 2006. N'ayant pas un retard scolaire important, Sreypov est scolarisée en CE1 dans une école publique mais bénéficie de l'aide de PSE pour la prise en charge des transports, de la nourriture et du soutien scolaire. 

A 12 ans, Sreypov se passione pour le milieu de la mode et rêve de devenir mannequin. Elle s'entraine seule en espérant, un jour, rejoindre l'industrie. « Je suis devenue mannequin en m'entrainant. D'abord, j'ai appris à marcher avec des talons, à avoir confiance en moi et à ne pas être timide, et également à mettre en avant les vêtements » se souvient Sreypov. Si ces critères semblent indispensables pour espérer percer dans le milieu de la mode, ils sont tout sauf innés pour elle. En effet, l'assurance, liée à l'estime de soi, n'est pas quelque chose qui s'apprend dans les quartiers pauvres de Phnom Penh. 

S'il fait rêver, le monde du mannequinat est pourtant aussi impitoyable en Asie qu'ailleurs. Peu d'élu(e)s parviennent à percer dans ce milieu où la concurrence fait rage. Les professeurs de son école la mettent en garde contre ce milieu risqué et espèrent la dissuader pour la protéger, mais la jeune fille est déterminée. 

Après beaucoup de persévérance, Sreypov parvient à se démarquer et s'inscrit au concours "Lions of Fashion", qui lui ouvrira de nombreuses portes, à seulement 20 ans. Ce concours, diffusé par la chaine américaine ABC, dure 6 mois et plus de 1 300 modèles et 130 designers y participent. Le nouveau "Lion of Fashion" reçoit un contrat de mannequinat avec Arise Modeling Agency ainsi qu'une couverture dans le célèbre magazine cambodgien Sovrin. 

Lorsque Sreypov réalise qu'elle est admise en finale, le stress mêlé à l'excitation monte et la jeune fille commence à y croire. Il ne reste plus que 10 designers et 10 modèles en compétitions, avec trois derniers tests au programme pour remporter le fameux graal. L'un d'eux est le défilé en tenue professionnelle et cela a un vrai sens pour la jeune femme : montrer que les femmes ont aussi leur place dans le monde de l'entreprise. 

Incroyable mais vrai : Sreypov remporte le concours, c'est le début du succès pour la jeune femme ! Elle devient mannequin pour le magazine cambodgien et va même jusqu'à décrocher la plus belle récompense : défiler pour la Paris Fashion Week 2020, l'accomplissement ultime pour tout mannequin en devenir. Découvrir les grandes maisons de couture ainsi que les luxes de la capitale de la mode est un rêve pour la jeune fille qui fait la fierté de sa famille et qui s'apprête à se retrouver bien loin de ce qu'elle toujours connu. 

« PSE m'a donné la meilleure éducation possible et confiance en moi. Ce que PSE m'a appris me sert aujourd'hui pour mes compétitions. PSE nous a appris que nous avions la même valeur que les autres et grâce à ça je n'ai pas peur face aux autres. Je connais ma valeur » déclare-t-elle. 

Actuellement en formation professionnelle à l'école d'audiovisuelle de PSE, son rêve serait de continuer le mannequinat et pourquoi pas de représenter son pays en devenant Miss Cambodge.

 

Malgré son évolution atypique et son succès, Sreypov sait d'où elle vient et comment elle est arrivée là où elle en est. Elle compte bien continuer à aider les plus pauvres, notamment à travers l'oeuvre de PSE, même après ses études. Elle souhaite également aider les femmes victimes de violences domestiques ainsi que créer une maison de retraite pour les personnes âgées.